Archives du mot-clé niçois

REGARDS EN COIN (1)

Logo RegardsQuelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts sur dix à vingt lignes, c’est ʺRegards en Coinʺ.

   Les Niçois votent ʺNONʺ

Ce jeudi 19 février 2015, près de 40 000 Niçois ont donné leur avis, lors du référendum organisé par Christian Estrosi Maire de Nice, pour rejeter la privatisation de l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Lire la suite

   NICE, DROIT D’INVENTAIRE (1)

nice-1-montage     Autrefois, au tout début du XIXe siècle, le droit d’inventaire était une taxe sur les vins que les producteurs devaient payer,  non pas d’après leurs ventes, mais d’après leur stock en cave. Stock dont on faisait l’inventaire et sur lequel ils payaient un droit.

Faire un « inventaire » est une opération qui consiste à dénombrer et énumérer des éléments, les uns comportant des choses positives et les autres des négatives, à propos d’une chose passée.
Chacun de nous peut le faire par rapport aux comportements d’autrui à son égard, tout comme un élu par rapport à ce que lui a laissé son prédécesseur. Lire la suite

NICE, LA FRANCAISE…(2)

NissartDans les conversations familières de l’époque (1), les Niçois ne se servent pas de l’italien. Ils parlent le niçois ou le français. Et le niçois n’est pas un dialecte italien, mais provençal, d’oc. Or pour moi, c’est le langage du peuple qui est la marque de la nationalité.

Certes le niçois n’est pas uniforme dans tout le pays niçois. Il varie d’un lieu à un autre, mais partout l’origine est la même. Tous les habitants du Comté, et au-delà de la Provence, du Midi de la France, se comprennent, pas toujours dans le détail, mais toujours dans la globalité. Ils peuvent échanger sans difficulté. Ce qui n’est pas le cas avec Gênes, a fortiori avec le reste de l’Italie. Lire la suite

 FIER D’ETRE NICOIS (3)

Nicaea Civitas      Et puis, il y eut les bâtisseurs.

François Malausséna fut de ceux-là. Lui aussi né à Levens, il joua la carte de Napoléon III, dès 1860. Premier maire de Nice devenue française, il lui donne une nouvelle vie, commence à la préparer à son entrée dans le XXème siècle. Il amena le chemin de fer, traça de nouveaux quartiers, bref urbanisa la ville.

Tout comme Alfred Borriglione, né à Sospel, chef du Parti Républicain de Nice, qui fut élu maire pendant deux mandats, jusqu’en 1886. Bien que séparatiste dans sa jeunesse, il s’était rallié à la République Française. Il fut le maire de la rénovation du Vieux Nice. Celui des grands chantiers d’urbanisme, Promenade des Anglais, Gambetta, Riquier, Cimiez,  création du Casino Municipal. Celui de l’installation de l’éclairage public et des réseaux d’assainissement. Celui qui permit vraiment à Nice d’être, définitivement, une ville de France, dans le prolongement de l’action de Malausséna. Lire la suite

 FIER D’ETRE NICOIS (1)

Nicaea Civitas      La ville, c’est le lieu où la vie, ta vie, prend un sens.

On est de la ville, comme on est de la campagne, selon qu’on est né en ville, ou qu’on vit en ville, ou à la campagne.

Et lorsque tu as la chance de naître à Nice, de vivre à Nice, tu es niçois, de Nice, et pour toujours.
C’est culturel, comme une racine, comme un langage. Le seul que tu comprennes vraiment. Qui fait que tu es ici, chez toi, à Nice, de Nice. Et même si tu pars ailleurs, en vacances, pour travailler, ton port d’attache est toujours le même, Nice. Lire la suite