REGARDS EN COIN (78)

Logo RegardsQuelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Sondage : 62% des Français satisfaits de Macron
2. Législatives : Benoît Hamon contre Manuel Valls
3. Bretagne: JY Le Drian démissionne de la présidence de la région
4. C’est quoi des fake news ?
5. Cyril Hanouna : canular homophobe
6. Cirque Bouglione : arrêt des numéros d’animaux
7. A lire… « Juifs, musulmans, la grande séparation »
1. ► Sondage : 62% des Français satisfaits de Macron

Il fait légèrement mieux que François Hollande, un peu moins bien que Nicolas Sarkozy. Deux semaines après son élection et trois avant les législatives, la cote de popularité d’Emmanuel Macron atteint 62 %, selon un sondage Ifop à paraître dimanche dans le JDD (*).
A la question « Êtes-vous satisfait ou mécontent d’Emmanuel Macron comme président de la République ? », 12 % ont répondu « très satisfaits » et 50 % « plutôt satisfaits », totalisant ainsi 62 % de « satisfaits ». A l’inverse, 20 % se sont déclarés « plutôt mécontents » et 11 % « très mécontents », totalisant 31 % de « mécontents ». 7 % ne se sont pas prononcés.
Par comparaison, François Hollande recueillait au début de son mandat 61 % de satisfaits (en mai 2012), Nicolas Sarkozy 65 % (en mai 2007), Jacques Chirac 51 % (en mai 2002) et 59 % (en mai-juin 1995).
Interrogés de la même manière sur leur appréciation d’Édouard Philippe comme Premier ministre, 5 % se sont dits « très satisfaits » et 50 % « plutôt satisfaits », totalisant ainsi 55 % de « satisfaits ». A l’inverse, 18 % se sont déclarés « plutôt mécontents » et 6 % « très mécontents », totalisant 24 % de « mécontents ». 21 % ne se sont pas prononcés.
Par comparaison, Bernard Cazeneuve recueillait au début de son mandat 51 % de satisfaits (en décembre 2016), Manuel Valls 58 % (en avril 2014), Jean-Marc Ayrault 65 % (en mai 2012) et François Fillon 62 % (en mai 2007).
(*)20Minutes-21052017/1226
2.► Législatives : Benoît Hamon contre Manuel Valls
Si ce n’était pas déjà le cas, c’est désormais officiel : la guerre est bel et bien déclarée entre Benoît Hamon et Manuel Valls (*). Le ministre frondeur et l’ancien Premier ministre de François Hollande qui s’étaient opposés lors de la primaire socialiste semblent peu enclins à enterrer la hache de guerre…
Après la primaire de la Belle Alliance qui avait vu Benoît Hamon remporter le scrutin haut la main face à Manuel Valls, l’alliance ne s’est pas faite entre les deux hommes. Pendant la campagne électorale en effet, Manuel Valls avait annoncé qu’il ne parrainerait pas Benoît Hamon pour la présidentielle. Pire, il avait publiquement déclaré par la suite qu’il voterait pour Emmanuel Macron dès le premier tour du scrutin.
Qu’à cela ne tienne. Quelques semaines plus tard, alors que Manuel Valls se présente aux législatives dans la première circonscription de l’Essonne, et qu’il n’a été investi ni par le Parti socialiste ni par le parti d’Emmanuel Macron la République en marche, Benoît Hamon a décidé d’enfoncer le clou, en annonçant qu’il soutiendrait son opposant, le communiste Michel Nouaille, qui se présente lui aussi dans la circonscription de Manuel Valls.
Et ce n’est pas tout, selon Le Point, dans le cadre des législatives, Benoît Hamon soutient plusieurs autres candidats investis par d’autres partis que le sien : « la militante féministe Caroline De Haas (soutenue par EELV et le PCF) face à Myriam El Khomri, le candidat Philippe Rio (PCF) face à Malek Boutih ou encore Salah Amokrane (EELV) face à Gérard Bapt ».
(*)Konbini-24052017/2007-CyrielleBedu

3.► Bretagne : JY Le Drian démissionne de la présidence de la région
Jean-Yves Le Drian, coiffé de sa casquette de président de la région Bretagne, inaugurait la nouvelle gare de Lorient, sa ville natale dont il fut député-maire (*). Occasion pour lui d’annoncer son départ de la tête de l’exécutif régional :
« C’est très vraisemblablement ma dernière inauguration comme président de la région Bretagne. Car dans peu de temps, je serai amené à quitter mes fonctions (…) Je vais passer la main », a déclaré Jean-Yves Le Drian, ajoutant qu’il avait toute confiance en l’équipe qu’il a mené et dont sera issu celui qui lui succèdera.
Mercredi, l’Élysée avait indiqué que le Premier ministre Edouard Philippe ainsi que Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères) et François Bayrou (Justice) devraient démissionner « sous un mois » des exécutifs locaux qu’ils dirigeaient.
Ce qui était possible sous François Hollande, ne l’est plus sous la présidence d’Emmanuel Macron. Il n’y aura pas d’exception, un ministre doit l’être à plein temps. Edouard Philippe avait donné l’exemple en annonçant hier matin qu’il quittait son fauteuil de maire du Havre. François Bayrou, encore maire de Pau et garde des Sceaux, sait ce qu’il lui reste à faire…
(*)BdVoltaire-23052017/0706
4.► C’est quoi des fake news ?
Avec l’élection récente aux Etats-Unis de Donald Trump, vous avez
peut-être entendu parler de fake news sans forcément comprendre ce que ça veut dire…
Les fake news qu’est-ce-que c’est (*) ?
Si on traduit mot à mot, ce sont les fausses informations. C’est très facile de trouver des informations fausses sur internet, tout le monde peut se tromper et un article plein d’erreurs non voulues, même s’il est partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux, n’est pas une fake news.
La vrai fake news, elle est différente. C’est une information qui a été écrite pour tromper la personne qui la lit. Par exemple elle reprend la présentation d’un article de journal, pour se présenter comme un vrai article de presse, et quand je la lis la présentation me rassure et du coup j’ai plus envie de la partager car comme ça a l’air sérieux, ce qui est écrit doit être vrai.
Mais la fake news ce n’est pas nouveau. Même si avec internet c’est quelque chose qu’on voit de plus en plus souvent, le fait de partager de fausses informations ça a déjà été fait dans l’histoire…

(*)FranceTVEducation-11052017

5.► Cyril Hanouna : canular homophobe

La polémique ne cesse d’enfler autour de Cyril Hanouna après l’édition de Touche pas à mon poste dans laquelle l’animateur s’était joué de personnes homosexuelles dans un canular en direct (*). À ce jour selon Le Monde, plus de 20 000 plaintes ont été déposées auprès du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), dénonçant une séquence homophobe. Un record dans l’histoire du CSA.
Lors de l’émission, Cyril Hanouna avait en effet posté une annonce, avec un faux profil, sur la plateforme de rencontres pour homosexuels du site Vivastreet. Les personnes répondant à l’annonce ne savaient pas qu’elles allaient passer en direct dans l’émission, très régardée, de C8. L’échange téléphonique avec un certain Mathieu, diffusé en haut-parleur, a particulièrement mis mal à l’aise le public…
Après les victimes du canular, les téléspectateurs, les associations LGBT et même certains chroniqueurs de Touche pas à mon poste, c’est au tour de grandes marques de réagir à cette séquence télévisée clairement homophobe. Pour marquer leur désapprobation face à ce canular, elles ont tout simplement décidé de ne plus diffuser leurs publicités dans l’émission, ni de sponsoriser celle-ci de quelque façon que ce soit.
Selon le site d’information BuzzFeed, une vingtaine d’annonceurs dont les marques Bosch ou encore Disneyland Paris, ont ainsi décidé de lâcher Cyril Hanouna. La marque Chanel, contactée par BuzzFeed, explique ainsi son choix dans un mail :
« Nous sommes […] très attachés à ce que nos campagnes soient non seulement en affinité avec le public ciblé mais également à ce que le contenu des programmes soit en adéquation avec les valeurs de notre maison. […] Nous avons ainsi demandé à notre agence de bien veiller à ce que nous ne soyons plus présents dans cette émission et nous renforcerons notre vigilance afin que nos consignes en matière d’achat d’espace soient respectées. »
Même son de cloche chez d’autres grandes marques françaises : Chanel, Petit Navire, Orange, Décathlon… Nombreuses sont les grandes marques à avoir décidé de ne plus diffuser leurs publicités dans l’émission Touche pas à mon poste après le canular homophobe réalisé par son animateur Cyril Hanouna.
Mardi 23 mai, le directeur général de la chaîne C8, Franck Appietto, s’insurgeait sur Europe 1 contre ce qu’il considère comme un « amalgame » concernant une séquence diffusée « en deuxième partie de soirée ». Selon lui, Cyril Hanouna « n’était pas du tout dans le but de heurter des gens » (sic).
(*)Konbini-23052017/2005-CyrielleBedu

 

6.► Cirque Bouglione : arrêt des numéros d’animaux

Dernier tour de piste pour les animaux du cirque Joseph Bouglione. Le cirque français a annoncé à 30 millions d’amis l’arrêt de ses numéros mettant en scène des lions, dromadaires ou autres éléphants.
« C’est par amour des animaux et par respect du public que j’ai arrêté, a expliqué André-Joseph Bouglione . J’ai vu un sondage qui indiquait que 80 % des Français étaient sensibles à la cause animale. Notre métier, c’est de faire un spectacle pour la famille. Si une très large majorité des familles est sensible à la cause animale, on ne peut pas continuer à faire un spectacle qui les dérange. Je ne me voyais pas continuer à présenter des animaux à des gens qui ressentent une gêne morale en venant au cirque. »
Pour André-Joseph, petit-fils de Joseph Bouglione, il est nécessaire de repenser un système qui ne met qu’au second plan le bien-être des animaux en captivité. « La plupart des cirques ne devraient pas avoir d’animaux car ils les traitent mal. C’est mon opinion. Je n’ai pas la prétention de dire aux autres cirques qu’ils doivent arrêter les animaux. Mais je pense que ma démarche peut forcer le cirque traditionnel à se remettre en question car il y a des problèmes depuis vingt-trente ans. J’aimerais ne pas être tout seul à faire cela dans mon coin, à avoir cette prise de conscience citoyenne », a-t-il souligné.
Dimanche, après 146 années d’existence, le célèbre cirque américain Ringling Bros and Barnum and Bailey a tiré sa révérence, marquant la fin d’une époque, sous la pression des défenseurs des animaux.

(*)20Minutes-24052017/1050
7.► A lire… « Juifs, musulmans, la grande séparation »

A la tête du musée de l’Immigration, l’historien Benjamin Stora tente d’apaiser et de réconcilier les mémoires (*).
Enfant du judaïsme constantinois, héritier de cette convivance de quatorze siècles, Benjamin Stora y excelle mieux que quiconque dans son dernier ouvrage « Juifs, musulmans, la grande séparation » (Edit. L’Esprit du Temps, 62 p., 7,50 €).
Cette séparation, il l’envisage et l’analyse avec le recul nécessaire, avec la minorité juive du monde musulman qui, rappelle-t-il, vivait il y a un peu plus de cent cinquante ans dans le régime de la dhimmitude.
Et puis, cet écosystème fut bouleversé, déréglé…
A découvrir…
(*)L’Express-3434-26042017/117-A.Lx

Richard POGLIANO